Façades poreuses

Qui est concerné ?

Ce problème peut toucher aussi bien les anciennes maisons que les récentes, et même plus les récentes que les anciennes, pourquoi ?

Pour le look. Les briques appelées style « fermette » ou style « ancienne brique » ou style « campagnarde » se doivent d’être structurées et donc poreuses par opposition aux briques dites « mécaniques » ou « à peindre » des années trente aux années septante réalisées à partir d’une terre très finement moulue.

Voilà le principe : plus la texture est lisse, plus la brique est étanche et plus elle est structurée, plus elle est poreuse.

Ce n’est pas trop grave car pour palier à ce problème on a mis au point la technique du double mur associé à la membrane en Z et des ouïes de ventilation.

Essentiel: un bon hydrofuge doit être imperméable à l’eau liquide mais perméable à la vapeur d’eau pour que le bâtiment garde sa capacité respirante.

Comme pour l’humidité ascensionnelle, tous les matériaux ne sont pas égaux quant à leur capacité à absorber l’eau de pluie. La porosité peut fort varier d’un matériau à l’autre, d’une brique à l’autre.

Il n’y a pas vraiment de signes avant-coureurs, les dégâts apparaissent brusquement. Avec le temps, sans correction, le nombre et l’importance des dégâts va augmenter.

Quels problèmes ?

La pénétration d’eau dans la maçonnerie va favoriser l’apparition de divers problèmes.

  • Apparition de mousses, d’algues et de lichens;
  • Corrosion chimique par les acides;
  • Gélivures;
  • Salissures et traînées de poussières.
  • Efflorescences suite à l’hydratation et à la cristallisation des sels;
  • Détérioration du béton par corrosion de l’armature;
  • Lessivage de la chaux des anciens mortiers;
  • Formation de mousses, d’algues et de lichens.

Un hydrofuge cela a l’air tout bête à appliquer.
Eh bien non, il faut d’abord choisir le bon hydrofuge : phase solvant ou phase aqueuse ? Liquide ou crème ? Peut-on le mettre directement ou bien une préparation du support (nettoyage ou sablage ou aero-gommage ou déjointoyage et rejointoyage) s’impose-t-elle ?

Parce que un hydrofuge aussi bon soit-il ne peut faire de miracle si la maçonnerie est complètement déglinguée.

Outre la préparation du support et du choix du bon produit il reste la bonne manière de le poser.

Pour bien hydrofuger un bâtiment il faut se montrer très généreux en produit, carrément gaspilleur, car c’est la saturation du matériau par le produit qui va assurer la longévité. C’est en fait le produit qui s’est infiltré dans le matériau qui va assurer l’étanchéité à long terme, celui qui est en surface va disparaitre en quelques années suite à l’agression des rayons ultra-violets et l’abrasion des poussières véhiculées par le vent.

Contrairement à la majorité des produits du commerce nos hydrofuges sont perméables à la vapeur d’eau ce qui est primordial.

En effet il faut que le mur qui est humide avant notre intervention puisse s’assécher, il faut que l’eau qui rentre par les petits défauts des joints ou des briques ou des pierres puisse elle aussi s’évaporer au lieu de s’accumuler dans le mur. Enfin, il faut qu’une partie de la vapeur d’eau produite par les occupants puisse elle-aussi s’évaporer à travers les maçonneries.

Il vaut encore mieux ne rien mettre du tout que de mettre un hydrofuge étanche à la vapeur d’eau.